ll est possible, dès aujourd'hui, de rouler à l'huile végétale, avec les voitures d'aujourd'hui. Sans faire aucune modification, on peut utiliser 30% d'huile végétale brute (HVB) en mélange avec 70% de gasole, avec un moteur diesel. Cela marche très bien, sauf sur les dernières génération, type HDI, où l'HVB est mal supportée par les injecteurs.

Le principal problème des HVB est d'être plus visqueux que le gasole, et de figer facilement aux basses températures. En règle générale, il est plus facile de rouler à l'HVB en été qu'en hiver, car il suffit de chauffer un peu l'huile pour qu'elle retrouve la même viscosité que le gasole. Ainsi, il est possible, par temps chaud, de rouler à 100% HVB sans aucune modification.

Pour rouler avec de fortes proportions d'HVB par n'importe quel temps, quelques modifications doivent être apportées. Le principe est d'apporter au moteur une huile suffisement préchauffée pour posséder une viscosité suffisement faible pour être parfaitement supportée par le moteur. Pour se faire, il existe classiquement 2 solutions, et une troisième qui est en fait la combinaison des 2 premières.

La première solution est d'installer un système de bicarburation, de façon à ce que l'on puisse rouler au choix au gasole ou à l'huile végétale. De cette façon, on démarre au gasole, puis, quand le moteur a atteint sa température de régime permanent, on peut passer sur le fonctionnement à l'HVB. On repasse en mode gasole quelques instants avant d'arrêter le moteur, pour nettoyer les injecteurs.

La deuxième solution est d'ajouter un système de préchauffage dans le réservoir, afin de rendre l'huile suffisement fluide. Ce système est forcément au moins partiellement électrique, car il doit fonctionner avant l'allumage du moteur, quand l'électricité est la seule énergie disponible à bord.

La troisième solution combine efficacement les deux autres : il s'agit d'installer un système de bicarburation et un système de préchauffage de l'huile. Le système de préchauffage n'est pas une résistance électrique mais un serpentin où circule de l'eau de refroidissement du moteur. Ce serpentin vient du radiateur, et la température de l'eau est ainsi déjà régulée par la vanne thermostatique déjà existante, à une température de 80°C environ. On démarre au gasole, puis, une fois le réservoir d'HVB chaud, on passe sur le fonctionnement HVB.  Avant l'arrêt du moteur, on repasse quelques instants en mode gasole.

Avec ce système, on peut envisager une vanne permettant d'obtenir n'importe quel mélange d'HVB et de gasole. On peut rouler sans problème avec 100% HVB.